Accéder au contenu principal

Peut-on être bienveillant lorsque l'enfant n'est pas facile ?




La bienveillance lorsque tout va bien, lorsqu’on est en paix avec soi-même, lorsque notre vie n’est pas trop chaotique, lorsque notre enfant a un caractère doux, lorsqu’il n’est pas contestataire, lorsqu’il n’a pas de besoins particuliers, ça se vit paisiblement.
Mais, tous les enfants ne sont pas identiques et si certains naissent avec un caractère doux, certains bébés ont déjà des besoins plus intenses tandis que d’autres sont plus irritables. 
Certains bébés « faciles » grandissent et deviennent moins faciles à vivre. Est-ce parce que leurs besoins n’ont pas été suffisamment entendus ? Ou bien parce qu’ils ont vécu des moments difficiles ? Si le passé peut permettre de dénouer certaines difficultés, si l'expression de ce qui a été ressenti est importante, c'est aujourd'hui que la bienveillance se construit. 
Quelle écoute peut-on donner à ces enfants aux besoins particuliers ? 


Comment peut-on être bienveillant avec ces enfants plus "difficiles"? 

Est-ce possible ?


Les jugements d’autrui et les jugements sur soi-même sont des épées de Damoclès.
Le découragement arrive à grands pas… A quoi bon ? L’écoute, l’attention semblent inutiles, les besoins et/ou les défis sont toujours là… L’adulte perd pied… Les plus résistants d’entre nous s’entêtent, parfois il semble que la bienveillance doive toujours être plus grande. Et si la bienveillance était le mauvais chemin ? Et s’il fallait « serrer la vis » ? pense-t-on alors...

Entendre ses propres besoins


La bienveillance commence par soi-même !
Comme énoncé dans l’introduction, si nous sommes tourmentés, fatigués, si nous n’avons pas réglé la majorité de nos conflits intérieurs, notre patience est mise à rude épreuve avec cet enfant pas toujours facile à suivre en raison de son vécu, de ses besoins, mais parfois aussi en raison de ses choix...
Ça ne se dit pas ? L’enfant ne peut jamais être en cause ? Comme le disait Sartre l’humain est un « libre mortel », le parent n’est pas toujours le seul en cause. Un bébé n’a pas encore appris à choisir, mais, dans une plus ou moins grande mesure, un enfant ou un adolescent est également responsable de ses actes. S'il a besoin des adultes pour l’accompagner sur son chemin, l'adulte n'est pas responsable de tout ! Les besoins de l’enfant ou de l’adolescent (profils particuliers et/ou circonstances de vie peu évidentes) peuvent le dépasser ou bien, oui, sans oublier l'incroyable vulnérabilité des plus jeunes, l’enfant ou l’adolescent peut faire de mauvais choix.
L’adulte perd pied… Epuisé, il s’emporte… Il s’éloigne de la bienveillance…
Les jugements affluent : ceux des autres et les siens !
STOP !

Loin de l’enfant, pleurons, fâchons-nous, exprimons nos sentiments.
Essayons de nous tourner vers une oreille attentive.
Et si nous craquons, si nous hurlons sur l’enfant, prions-le de nous pardonner et pardonnons-nous… Nul ne peut assurer à chaque instant ! 
La comparaison fuse... Cet autre parent semble toujours patient ? Comment est son enfant ? Dans une relation, on est toujours au moins deux.  Quelle est sa vie ? Evitons les comparaisons, on ne voit jamais l’ensemble d’une situation.
Sommes-nous fatigués ? Sommes-nous isolé(e) ? Nul ne peut être parfait(e). Reposons-nous, prenons un temps pour nous et tâchons de trouver un relai, au moins ponctuel.
Pardonnons-nous.

Dans deux prochains billets, je vous proposerai quelques pistes pour être bienveillant(e) malgré tout.
Le premier s'intitule "Etre bienveillant lorsque l'enfant est hypersensible" et est ici.
Le second : "Etre bienveillant avec un enfant agressif" et est là.


Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !

Retrouvez mes livres là.


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

Commentaires

  1. Merci pour ce billet. Il est si difficile de ne pas constamment se remettre en question ou de ne pas s'en vouloir d'avoir haussé le ton alors qu'il y avait peut-être d'autres possibilités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage sur ce cheminement pas toujours évident en effet !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Réforme du Brevet (DNB) 2017

ATTENTION : Le brevet change pour 2018

Si votre jeune souhaite s'y présenter, les inscriptions ont lieu à l'automne sur le site de votre académie, il importe alors d'être vigilant car la durée est parfois très courte (15 jours dans mon académie).

A partir de juin 2017 l'examen change !

350 points minimum pour valider le brevet, 700 points maximum possible.
Concrètement les épreuves des candidats individuels au brevet seront Des écrits en Français/Histoire/Géographie et Enseignement moral et civique: 3h de questions pour toutes ces matières et 2 H en françaisDes écrits en Mathématiques, physique/chimie, sciences de la vie et la Terre et technologie: 2h en mathématiques et, selon les années, 2 matières évaluées parmi les 3 autres matières notées (1h). Un écrit de langues pendant 1h30 (voir ci-dessous)Un oral de 15 mn portant sur les EPI (cf ci-dessous)

Descriptif des épreuves

Bachelière du unschooling avec mention bien !

C'est avec joie et fierté que je vous annonce que L. vient de décrocher le bac à son tour !
Cerise sur le gâteau, bac avec mention bien pour une moyenne de 15/20 !

L. est une bachelière du unschooling puisqu'aucun apprentissage ne lui a été imposé depuis son passage éclair en CP où elle s'est ennuyée...   Cette dernière année a été prodigieusement ennuyeuse car étudier pour le bac suppose un bachotage intensif, mais L. était hyper motivée, elle a donc beaucoup travaillé pour obtenir ce résultat.

Journée mondiale de l'autisme : Interview d'Alexandra, Asperger et fière de l'être

Aujourd'hui, 2 avril, c'est la journée mondiale de l'autisme, il n'était pas question pour l'équipe de Cultitalents de ne pas en parler. Copie de l'article ci-dessous.
Nous avons choisi de nous orienter vers le Syndrome Asperger avec Alexandra Reynaud parce que le syndrome Asperger au féminin est peu connu. Or, les éditions Eyrolles viennent tout juste de publier un livre visant à mieux le connaître! Coïncidence amusante, "Asperger et fière de l'être" est paru le même jour que mon livre "Faire l'école à la maison" et dans la même collection! Merci à Alexandra et aux éditions Eyrolles pour leur implication!


Questions au sommaire : 

1/ Tu viens de publier "Asperger et fière de l'être. Voyage au coeur d'un autisme pas comme les autres", pourrais-tu nous dire à qui s'adresse ce livre? 2/ Pourrais-tu nous parler un peu de toi lorsque tu étais enfant? Quelle petite-fille étais-tu? 3/ Quelles sont les particularit…