Accéder au contenu principal

"Les mots qui font mal" : pourquoi je n'aime pas cette vidéo


 Ce spot part d'une bonne idée et pourtant, je ne l'apprécie pas... 
Voilà pourquoi :

  •  En raison de petites phrases mises sur le même plan alors qu'elles n'ont pas nécessairement la même portée...
Dire "Tu ne devrais pas mettre ce T-shirt, il te fait des gros bras" n'a pas le même impact que "T'es une moins que rien !"
Dans le premier cas, le parent peut l'avoir dit paisiblement, simplement afin que l'enfant porte un vêtement qui le met en valeur. Si j'enfile un pull moulant, près du corps, il est évident que ça "va me faire des gros bras". En effet, ma corpulence n'est pas forte, mais j'ai quelques rondeurs et je risque d'avoir de "gros bras", or ce ne seront pas les bras de Popeye, de jolis bras musclés. ;)
L'intonation peut faire toute la différence. A titre personnel, j'aime autant porter des vêtements qui me vont, pas vous? 
Par conséquent, il y a la façon de dire les choses et les raisons pour lesquelles elles sont dites. 
"T'es une moins que rien !" jeté dans un moment de colère n'est certainement pas une phrase positive, mais là aussi, il y a une différence entre prononcer une telle phrase dans un moment de colère isolé et le répéter... Répété, c'est une véritable violence pour l'enfant. 
Ponctuellement, n'avez-vous jamais dit à votre compagnon qu'il était "nul", "pénible", "imbécile"?  Non ? Bravo car moi, il m'est arrivé d'avoir des mots que j'ai regrettés aussitôt, y compris des mots destinés à mes enfants... je ne suis pas violente pour autant... Evidemment, je me suis excusée aussitôt! Et, en règle général, je ne glisse pas encore sur ce versant des accusations blessantes et infondées, mais lorsque nous sommes fatigués, nous ne pouvons pas toujours être parfaits...
Selon moi, le fait que la forme soit aussi proche des vidéos pour les enfants maltraités impacte le cerveau en créant une forme d'amalgame, ce qui est difficile à vivre...  
Selon moi, ce spot est donc très culpabilisant...
  • Le deuxième regret est le suivant : je pense que ce spot est culpabilisant pour les raisons précédentes, mais aussi parce qu'il ne donne aucune solution concrète pour faire autrement, aucun conseil pour pratiquer l'éducation bienveillante ! Or, je pense plus positif et actif de partir de conseils concrets.
  • S'il s'agit de dénoncer la véritable violence psychologique, celle qui est vécue tous les jours, les associations sont donc mal choisies selon moi. Et là, c'est mon coeur d'enfant maltraitée qui saigne car en plaçant tout sur un même plan, en utilisant le même type de format, images, musique, on associe violence réelle (y compris psychologique) et mots blessants ponctuels. 
Or le risque est de revenir, une fois encore, à une sous-estimation de la violence subie par les enfants maltraités, celle qui est tue, celle qui tue CHAQUE JOUR DEUX ENFANTS !
Cette violence qui dérange...
Cette violence pour laquelle on entend trop vite "ils s'en remettront" parce qu'on la compare à la violence "ordinaire" vécue... Non certains ne s'en remettent jamais, tués par leur parent ou ne pouvant plus supporter la vie. Avec un tel spot, je crains l'amalgame de plus... et par conséquent la mise en danger accentuée, faute d'en réaliser l'impact... Nous avons TOUS vécu et probablement fait subir des mots blessants, nous n'avons PAS TOUS été maltraités.
La maltraitance est une tragédie bien trop sous-estimée et pourtant, nous pouvons tous agir, en ne fermant pas les yeux, en étant là pour les enfants maltraités que nous connaissons.

Alors oui, ne minimisons pas l'impact des mots blessants, mais attention à la forme pour lutter contre ceux-ci... 
Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !
 Retrouvez mes livres là.


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Réforme du Brevet (DNB) 2017

ATTENTION : Le brevet change pour 2018

Si votre jeune souhaite s'y présenter, les inscriptions ont lieu à l'automne sur le site de votre académie, il importe alors d'être vigilant car la durée est parfois très courte (15 jours dans mon académie).

A partir de juin 2017 l'examen change !

350 points minimum pour valider le brevet, 700 points maximum possible.
Concrètement les épreuves des candidats individuels au brevet seront Des écrits en Français/Histoire/Géographie et Enseignement moral et civique: 3h de questions pour toutes ces matières et 2 H en françaisDes écrits en Mathématiques, physique/chimie, sciences de la vie et la Terre et technologie: 2h en mathématiques et, selon les années, 2 matières évaluées parmi les 3 autres matières notées (1h). Un écrit de langues pendant 1h30 (voir ci-dessous)Un oral de 15 mn portant sur les EPI (cf ci-dessous)

Descriptif des épreuves

Bachelière du unschooling avec mention bien !

C'est avec joie et fierté que je vous annonce que L. vient de décrocher le bac à son tour !
Cerise sur le gâteau, bac avec mention bien pour une moyenne de 15/20 !

L. est une bachelière du unschooling puisqu'aucun apprentissage ne lui a été imposé depuis son passage éclair en CP où elle s'est ennuyée...   Cette dernière année a été prodigieusement ennuyeuse car étudier pour le bac suppose un bachotage intensif, mais L. était hyper motivée, elle a donc beaucoup travaillé pour obtenir ce résultat.

Journée mondiale de l'autisme : Interview d'Alexandra, Asperger et fière de l'être

Aujourd'hui, 2 avril, c'est la journée mondiale de l'autisme, il n'était pas question pour l'équipe de Cultitalents de ne pas en parler. Copie de l'article ci-dessous.
Nous avons choisi de nous orienter vers le Syndrome Asperger avec Alexandra Reynaud parce que le syndrome Asperger au féminin est peu connu. Or, les éditions Eyrolles viennent tout juste de publier un livre visant à mieux le connaître! Coïncidence amusante, "Asperger et fière de l'être" est paru le même jour que mon livre "Faire l'école à la maison" et dans la même collection! Merci à Alexandra et aux éditions Eyrolles pour leur implication!


Questions au sommaire : 

1/ Tu viens de publier "Asperger et fière de l'être. Voyage au coeur d'un autisme pas comme les autres", pourrais-tu nous dire à qui s'adresse ce livre? 2/ Pourrais-tu nous parler un peu de toi lorsque tu étais enfant? Quelle petite-fille étais-tu? 3/ Quelles sont les particularit…