vendredi 13 mai 2016

Proposition de loi contre l'instruction en famille : réagir

proposition loi école à la maison
Comme toutes les familles instruisant leurs enfants ou toutes les familles souhaitant conserver ce droit au cas où..., j'ai été agacée, choquée même de la proposition faisant l'amalgame entre instruction en famille et terrorisme, proposition déposée le 27 avril 2016.

En clair, si cette proposition est acceptée, il ne sera plus possible de pratiquer l'instruction en famille par choix personnel, plus possible de choisir l'instruction en famille si l'enfant va mal mais que les petites cases ne sont pas cochées par l'inspecteur d'académie, plus possible de choisir une autre option que le CNED réglementé or ce système ne convient ABSOLUMENT PAS à tous les enfants !!

 Petites cases à cocher :

"– l’exigence de soins médicaux,

– situation de handicap en attente de scolarisation dans un établissement médico-social,

– activités sportives ou artistiques,

– parents itinérants,

– éloignement géographique d’un établissement scolaire."
Vous remarquerez au passage que vos enfants dys, autistes ou autres bénéficieront d'un accord provisoire avec obligation d'hospitalisation ou refus si petite case pas remplie...



Plusieurs pétitions circulent, elles n'ont aucune valeur légale, elles permettent d'exprimer notre mécontentement. Etant mécontente j'en ai signé une, je ne vois pas l'intérêt de plusieurs pétitions et je préfère une action associative.
Paprika proposait quant à elle une lettre destinée aux députés (). 

Cette proposition n'est pas la première, elle ne sera pas la dernière.
Lorsque je bossais avec LAIA, nous avions réagi, nous avions mené diverses actions dont un communiqué de presse et différents rendez-vous. Ce n'est pas parce que les associations ne disent rien pour le moment qu'elles n'agissent pas dans l'ombre. ☺

Sur la toile et en particulier les familles IEF en parlent, s'inquiètent.
Pour ma part, je ne crois pas à cette proposition là en particulier, pour des raisons politiques...
Ce n'est pas pour autant que je pense inopportun de réagir, au contraire d'autant que le gouvernement veut lutter contre la radicalisation et cède à cet argument fallacieux puisqu'à ma connaissance aucun terroriste actuel n'a été instruit en famille. A l'heure actuelle "seul" un renforcement des contrôles légaux semble prévu (article). S'il s'agit d'un contrôle à caractère social tous les ans au lieu de tous les 2 ans et si celui-ci se passe respectueusement (échange cordial visant à connaître les raisons de l'instruction en famille et vérifier qu'il y a instruction) comme pour un bon nombre de familles, tout ira bien.
Attention à ce qu'il ne se transforme pas en contrôle social avec véritable enquête (enfants, voisinage, etc.) comme j'ai pu le lire de manière erronée sur différents sites car s'il y avait contrôle social comme le disent si bien M. et L. pourquoi ne contrôlerait-on pas de la même manière les familles scolarisantes, après tout les terroristes étaient scolarisés...

Faut-il se transformer en société Big brother ?


Des tests imposés quant à eux n'apporteraient strictement rien à la lutte contre la radicalisation! Ils seraient en revanche une négation complète de la liberté  pédagogique et des besoins de certains enfants ! Tous ne vivraient certainement pas bien de subir des tests sur lesquels pourrait reposer la suite de l'instruction... Et ne parlons pas des codes et consignes scolaires pas forcément maîtrisés en fonction du profil de l'enfant et des choix pédagogiques
Un contrôle de l'instruction, oui. Des tests systématiques, non !

D'autre part restons courtois.

Lors de la dernière proposition certains courriers adressés à des députés avaient été agressifs, ce type de courrier n'est pas constructif, au contraire... Nous risquons de passer pour des illuminés incapables de se contrôler simplement parce que ce droit est important pour nous...

Lors de la dernière proposition des familles étaient également allées rencontrer des députés pour leur parler de leur réalité, pour leur expliquer ce qu'était l'instruction en famille, certains n'en avaient aucune idée et sont ensuite devenus des soutiens de l'IEF.
Pour ma part c'est aussi pour ça que je fais ce blog, pour ça que je continue de rester informée, pour ça que j'écris et communique à ce sujet.

L'instruction en famille a sauvé la vie d'une de mes filles, je ne l'oublie pas.

6 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord avec toi...
    Pour le moment, la scolarisation à la maison n'est que du bonheur pour ma fille et lui sauve aussi la mise... Marre du harcèlement et du système qui ne correspond pas à mon enfant. Maintenant elle recommence à vivre positivement. Le chemin est long mais enfin presque harmonieux... Dommage qu'il y ait la pression des interventions extérieures. Si nous étions libres réellement cela serait une bonne chose pour nos nerfs. Merci pour tout tes articles... Bonne journée.. Bisous... Christine...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour Christine. Heureuse de lire que ta fille aussi va mieux grâce à l'IEF... Quant aux pressions tout à fait d'accord c'est pour ça que je mets de gros bémols autour de contrôles supplémentaires parce qu'ils ne sont pas toujours respectueux et donc source de stress... stress qui perturbe parfois le rétablissement de nos enfants... En effet comment être détendu lorsqu'on ne souhaite pas retourner dans un lieu où on s'est senti aussi mal ?
      Bon week-end !

      Supprimer
  2. Je te rejoins quand tu dis que certains courriers sont agressifs. Cela ne sert à rien. A mon humble avis, soigner son texte, éviter les fautes d'orthographes et rester poli reste certainement une force face à ce genre de personnes.
    Espérons que les choses se tassent. Toutes ces propositions ne sont là que dans une perspective d'élections, c'est triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord...
      Concernant la perspective d'élections, possible en effet... même si je ne suis pas sûre que ce soit la seule raison... Tout à l'heure j'ai lu un article d'un français parti quelques temps à l'étranger et qui parlait de la France après qu'on l'ait interrogé à ce sujet et il a alors pris conscience d'un désir de contrôle grandissant en France, je fais le même constat...

      Ce n'est pourtant pas le contrôle qui empêche les idées... Mieux vaudrait s'orienter vers une autre communication, mais communiquer vraiment c'est beaucoup plus dur qu'imposer...

      Bon dimanche !

      Supprimer
  3. 100% d'accord avec toi !
    Il n'est pas nécessaire de se fâcher, il faut avant tout expliquer...même si c'est vrai qu'il est assez insupportable d'être à chaque pointés du doigt.

    D'autant que la proposition de mr Ciotti méconnaît grandement la situation du handicap en France et que les contrôles concerneront donc avant tout des enfants dont l'école ne veut pas (avec seulement 20% d'enfants autistes scolarisés, Mr Ciotti va s'attirer les foudres des familles concernées).

    J'espère entendre les associations quand même...

    Bon dimanche. Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! J'ai été choquée qu'on puisse imaginer interdire l'instruction en famille, c'est rendre impossible un autre choix, ne plus avoir de possibilité autre qu'une école pas adaptée à certains enfants, sans parler de la liberté qui serait ainsi rognée.
      Mais c'est aussi considérer que le handicap condamne à une prise en charge médicale alors qu'on peut être différent et progresser, alors qu'on peut être différent et souhaiter une alternative autre qu'une école (qui en plus n'accueille pas toujours les enfants handicapés...) ou une hyper-médicalisation ! Et là encore il y aurait pas mal à dire sur certaines structures en place.
      Bonne soirée !

      Supprimer