jeudi 7 janvier 2016

Super maman, le mythe du parent parfait

mythe maman parfaite
   Là, juste au-dessus, vous l'avez reconnue ? Et oui, c'est moi !
Tatatam ! Vous ne le saviez pas encore ?! Alors aujourd'hui je ne cache plus mon identité secrète et oui c'est moi Super maman !  Zéro erreur, partout à la fois, nan mais oh j'assure ! Mes filles sont parfaites, ma vie est parfaite, je suis parfaite. Ne cherchez plus à me copier, vous n'y arriverez pas !

   Et pour cause, en vrai, Super maman n'existe pas.


En vrai, on entend des commentaires "fais pas ci, fais pas ça", "fait comme ci, fais comme ça" ! Je ne sais pas si vous avez remarqué mais ceux qui s'immiscent le plus dans vos vies sont souvent ceux qui n'ont plus d'enfants à la maison, ceux pour qui si on gratte le vernis, on découvre des failles éducatives...
Le parent parfait, ça n'existe pas.
Pourtant on trouve des conseilleurs qui croient tout savoir. Dernièrement j'ai vu le blog d'un pseudo superpapa (enfant tout petit) qui jugeait du comportement d'un autre parent qui n'avait pas été parfait mais cet homme savait-il s'il s'agissait d'une erreur passagère ou d'une constante éducative ? Comment peut-on juger l'autre sur un seul acte ? Et lui pouvait-il être certain qu'il serait toujours le papa parfait qu'il voulait être ?

   Si c'est l'impression que j'ai pu donner sur mon autre blog ou ici, ce n'est pas vrai. Je ne l'ai jamais pensé, chaque enfant, chaque situation est tellement différent(e).
Sur ce blog je me contente de partager mes expériences et mes réflexions.

Et si certaines erreurs éducatives sont évidentes pour tous : ne pas battre son enfant par exemple. D'autres demandent un cheminement parfois plus ou moins long. Ainsi je pense que les claques et fessées sont à proscrire. Pour autant je sais qu'il n'est pas toujours facile d'imaginer quelle alternative est possible. Ma fille cadette plus chipie que l'aînée a reçu des fessées à l'époque où je ne savais pas encore comment faire. Ensuite j'ai appris à gérer autrement, sans fessée, je ne suis pas devenue parfaite pour autant.
Toutefois c'est avec elle que j'ai découvert qu'une fessée n'était finalement que l'expression d'un de mes besoins non exprimé.
  Pour être un parent parfait, il ne faut plus avoir de besoins non satisfaits ou parvenir systématiquement à les exprimer ou encore les gérer de manière sereine. Retenir sa main s'apprend mais nos besoins non exprimés peuvent s'exprimer autrement... Pouvons-nous toujours tout maîtriser?
Nos besoins de sommeil sont-ils toujours comblés ? Nos besoins de ne pas être malmené(e) ? Notre besoin d'être entendu(e) ? Tout simplement notre besoin de tranquillité ?
Un enfant chamboule tout. Un enfant a de nombreux besoins et il lui faut quelques temps pour parvenir à les exprimer paisiblement. De plus il suffit que l'enfant ait vécu des expériences difficiles pour que ses besoins s'intensifient. Tous les enfants ne sont d'ailleurs pas identiques, question d'histoire personnelle donc mais également de sensibilité. Idem pour les adultes. Les cartésiens s'en sortiront sans doute mieux que les hypra-sensibles. Pourtant l'hypersensibilité peut aussi être une qualité à condition de l'apprivoiser et ce n'est pas toujours facile.





  Mais revenons-en à nos propres besoins.
Idéalement il faudrait ne jamais laisser nos besoins prendre tant de place qu'ils nous poussent par exemple à crier sur un enfant, à le bousculer avec des mots alors que nous savons qu'il ne fallait pas réagir ainsi... C'est écrit dans les manuels, c'est écrit sur les blogs de parent parfait...
Et puis il y a les autres blogs, ceux où l'imperfection est assumée, ceux où crier, se moquer de son enfant ne posent pas de souci puisque le besoin de s'exprimer importe plus, puisqu'on ne peut pas être un parent parfait.
C'est vrai.
A chacun ses choix. Moi, je n'ai pas envie de ça et j'ai tendance à penser que si vous me suivez, c'est que vous aussi...
Assumer son imperfection ne signifie pas ne pas chercher à s'améliorer.
Assumer son imperfection ne signifie pas l'encourager.
Se pardonner ses imperfections, ne pas attendre de soi qu'aucun de nos besoins ne l'emporte jamais me semble par contre incontournable...
Ainsi la super maman que je suis s'est emportée il y a quelques temps en disant des mots malheureux "Vous êtes fainéantes !". Un parent parfait me pointera du doigt. Ou il n'a pas d'enfant ou ils sont tous petits ou il a des enfants déjà adultes (et il a oublié...) ou ses enfants sont parfaits (un nouveau mythe à dévoiler?). Un autre parent aura commis une autre erreur, il n'aura peut-être jamais dit ces mots là, moi si.
 Alors pourquoi ? Décryptage :
Je vous l'ai dit je suis Super Maman, j'ai pas mal d'activités : j'écris, j'instruis mes enfants, je cuisine pour ma famille, je prends soin d'elle, j'accompagne des enfants scolarisés, je nourris ce blog, je gère pages et groupes sur Facebook et je suis comédienne amatrice. Curieusement parfois je suis fatiguée, très fatiguée même. Vous êtes surpris ? Ben oui, suis tout de même Super Maman !
Tant pis je casse le mythe, je ne suis pas plus Super que vous, je suis "productive", je suis née comme ça tout comme je suis née avec un corps de 2 CV, on ne peut pas tout avoir. Et puis mes filles sont grandes, elles sont capables d'étudier en autonomie même si le travail de préparation et relecture peut être conséquent. Alors je m'organise, j'adore faire des listes et même des plannings. Mine de rien ça aide.
Et évidemment j'ai des limites et si je refuse de les écouter et bien je dérape ! Zioup les mots qui blessent, les mots que je ne pense même pas.
Moins fatiguée, j'aurais simplement dit "je n'ai pas voulu vous ennuyer seulement ma part de corvées me pèse trop en ce moment, pourriez-vous m'aider ?". Et bien non, pas le temps, je n'ai pas exprimé de demande, pas exprimé mon besoin de repos, de souffler, j'ai attendu que tout le monde devine. Mais les autres ne sont pas plus parfaits que moi et si on ne s'exprime pas, l'autre ne sait généralement pas ce qu'on ressent, ce dont on a besoin.
Les filles ont été blessées, elles n'ont rien dit la première fois et puis, ouf avoir toujours encouragé leur liberté d'expression leur a permis de me dire que mes paroles n'étaient pas cools du tout et que moi je m**. Oups, roulement de tambour, joues pivoines, ben ouais c'est pas agréable tout de même. On veut être une maman à l'écoute, une maman cool, une maman qui donne confiance en soi et paf on tire à vue ! Mais être maman selon moi, c'est aussi apprendre à s'excuser, ramper sous la table et disparaître.  Etre maman c'est les aimer bien sûr et peut-être tout simplement comprendre que nos imperfections sont la bouffée d'oxygène qui permet à nos enfants de comprendre qu'eux aussi peuvent être imparfaits.
Imparfaits et humains.
Finalement il vaudrait mieux chercher ailleurs Super Maman, mais après tout qui a besoin de Super Maman, une maman qu'on trouve super, ce n'est déjà pas si mal, non ? ☺


4 commentaires:

  1. je découvre ton blog par ce post et j'aime beaucoup cet article ! très vrai, humble et ambitieux à la fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gwen. :) Il ne me semble pas connaître ton blog, je file le découvrir ! Bonne soirée !

      Supprimer
  2. Merci le temps passé à la transmisssion de tes savoirs et ton vécu , POUR CETTE SINCERITE QUI EST RARE et qui permet de relativiser sur nos actes

    RépondreSupprimer